Transat Jacques Vabre 2019 : Bien viser le pot !

Du Sahara Occidental au sud du Liberia, la flotte de la 14ème Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre poursuit sa longue cavale vers Salvador de Bahia au Brésil. Les tout premiers dans l’instabilité et les bizarreries du Pot au Noir, les autres dans des alizés toniques et parfois vicieux, obligeant les binômes à une veille de tous les instants. Les 52 équipages en mer (6 abandons et 1 arrêt au stand*) visent, à plus ou moins longue échéance, leur entrée dans le Pot-au-noir. Les premiers Multi50 ont la chance de s’être sorti d’affaire et cavalent à toute vitesse vers le Brésil. Les premiers IMOCA se sont pris dans un duel : c’est le duo Charlie Dalin et Yann Eliès (Apivia) qui a volé la vedette mercredi à Jérémie Beyou et Christopher Pratt (Charal). 

Et notre duo ? En ce 10ème jour de course notre duo, navigue quant à lui cap au Sud, s’appretant à rentrer dans la fameuse zone de convergeance intercontinentale. Ces derniers jours le temps plus clément a permis à nos deux skippers de profiter d’avantage des journées de navigation. Après un dernier week-end sportif, incluant de multiples manœuvres et changements de voiles de sorte à rester dans le peloton de tête, notre duo n’a pas pu longtemps faire face aux « rockets foilers » qui leurs ont pris quelques places au classement. 


Le Pot au Noir qu’est ce que c’est ?
 
 Situé entre le 8° et le 3° Nord, autrement appelé zone de convergeance intercontinental  correspond à une zone météorologique très instable. Les marins qui y passent peuvent s’y engluer dans des zones de calmes ou au contraire, y subir des grains violents.